Philippe Cochet



Député de la 5è circonscription du Rhône - Maire de Caluire et Cuire

 

      


Le progrès : "L'UMP saisit le Conseil d'Etat : Où sont les femmes à la Métropole?"

« La Métropole de Lyon n’est pas une principauté où il y aurait des lois d’exception ! Il faut que les lois de la République s’appliquent partout. » Philippe Cochet, sénateur-maire de Caluire-et-Cuire et chef de file de l’UMP à la Métropole lyonnaise a saisi le Conseil d’Etat, le 12 janvier dernier, demandant l’annulation de deux ordonnances régissant la Métropole lyonnaise. 

17 femmes, 33 hommes à la Commission permanente

Premier problème soulevé, celui de la parité à la « Commission permanente », assemblée restreinte de 33 hommes et de 17 femmes depuis le vote de lundi dernier. Une composition conforme à l’ordonnance du gouvernement (décembre 2014) qui ne prévoit pas la parité et que Philippe Cochet souhaiterait voir annuler par la justice. L’élu dresse un parallèle avec la « Commission permanente » des conseils généraux (Département), dont la Métropole lyonnaise a justement récupéré les compétences, sur son territoire. Or, pour ces instances départementales, la loi a prévu la parité. D’où une « rupture d’égalité devant la loi », selon Philippe Cochet. Pire, l’ordonnance foulerait au pied l’article 1er de la Constitution de 1958, « la loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives […]». 

Du côté de la Métropole, on indiquait n’avoir pas eu communication du recours ; « nous ne sommes pas inquiets dans la mesure où le Conseil d’Etat saisi pour avis avant l’adoption des ordonnances au Conseil des ministres n’avait soulevé aucun problème juridique », ajoutait néanmoins un membre du cabinet de Gérard Collomb.

L’égalité homme/femme attendra 2020

La Commission permanente est une chose. Mais qu’en est-il de la parité au conseil de la Métropole dans son ensemble ? Les communes qui envoient à la « Métro » un seul élu ont, en priorité, désigné leur maire, un homme. Ce n’est qu’à partir de deux élus siégeant à la Métropole par commune que la parité s’est appliquée dans l’assemblée actuelle. Il faudra attendre l’élection de 2020 pour que l’égalité hommes/femmes soit encore plus respectée qu’elle ne l’est aujourd’hui.

L’UMP, qui, jusque-là n’avait pas désigné beaucoup d’élues sur les bancs de la communauté urbaine de Lyon, relève donc le gant de la parité dans son duel avec Gérard Collomb.

L’affaire ne devrait pas être jugée avant une dizaine de mois.

Commission permanente : assemblée restreinte d’élus (50 sur 165) qui se réunit une fois par mois comprenant l’exécutif à savoir le président, les vice-présidents et des conseillers. 



Autres articles de cette rubrique



> ACTUALITE DE LA SEMAINE

> ACTUALITE A L'ASSEMBLEE

> ACTUALITE RECENTE